Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
" Le Promeneur" ou balades du promeneur non solitaire, Blog d'Alain Bucherie

Les Bassines d'Aunis retoquées !

9 Janvier 2010 Publié dans #AGENDA

Une victoire contre les retenues de substitution, l'un des outils de l'agriculture intensive en région Poitou-Charentes

 

Deux Associations de protection de la nature et de l'environnement - Nature Environnement 17 et AIE 17 - avaient déposé des recours contre des autorisations préfectorales de création de retenues de substitution en Charente-maritime.

Le Tribunal Administratif de Poitiers vient de prononcer le 31 décembre les deux jugements suivants :

- Projet des 5 retenues du bassin du Mignon (communes de La Laigne, Cram-Chaban, La Grève) : annulation de l'arrêté préfectoral ;

- Projet des deux retenues de Benon et Ferrières : même décision ( particularités : la retenue de Ferrières était destinée au président de la chambre d'agriculture et ce projet avait déjà été condamné en 2006).

Quelques premiers commentaires, à chaud :

* Ces victoires sont l'aboutissement de plusieurs années de lutte juridique, mais aussi de contestations et protestations ( participation à l'enquête publique de nombreuses associations, manifestations diverses, dont une très récente,...).

Malgré les énormes pressions exercées sur de tels dossiers, la persistance finit par payer ;

* Pour nous, c'est l'agriculture intensive qui est condamnée (avec ses dégradations de la ressource en eau et sa destruction de la biodiversité), et non le stockage de l'eau proprement dit ;

* Dans les deux cas, en raison des motifs retenus par le tribunal, s'ils veulent relancer leurs projets, les promoteurs devront refaire un dossier de demande et une enquête publique ;

* Nous regrettons que les jugements viennent si tard car les travaux de construction des retenues, à des stades variables, sont commencés, parfois bien avancés (c'est le massacre du paysage près du Marais poitevin et près des villages). Le tribunal n'avait pas voulu nous suivre dans nos demandes de suspension des autorisations, car selon lui, il n'y avait pas urgence à suspendre les travaux...

* Cependant, aujourd'hui, les travaux de construction doivent être stoppés immédiatement, et le remplissage est évidemment interdit pour les retenues déjà bâchées. L'irrigation du maïs à partir de ces retenues ne commencera pas de sitôt.

* C'est un énorme gaspillage d'argent public. Les principaux financeurs (Conseil général 17, Agence de l'eau Loire-Bretagne, Etat) devraient s'interroger et avoir quelques regrets !

Le 08-01-2010 / Claude Matard

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

coco17 22/01/2010 23:01


Vous pouvez être fier de vous !! Vous cassez les projets des projets des agriculteurs qui essayent de faire des efforts ! Vous n'avez aucun soucis des répercussions que peuvent avoir vos actions
(Surcoût : car vous y contribuez !).
Un jour, vous aurez des problèmes, faudra pas vous demander pourquoi.
On ne peut pas être ANTI TOUT !!