Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
" Le Promeneur" ou balades du promeneur non solitaire, Blog d'Alain Bucherie

On soigne la trame verte à La Rochelle.

2 Mai 2013 Publié dans #AGENDA

 

«Au début on s’est fait engueuler. Maintenant, les gens fleurissent les trottoirs… » La réflexion d’Alain Bucherie, adjoint au maire chargé des espaces verts, traduit bien le changement de mentalité des Rochelais par rapport à leur environnement. Le début auquel l’élu fait allusion, c’est celui de la gestion différenciée de la trame verte.

La trame verte - bleue par endroits - est un tissu précieux cousu de marais, de voies ferrées, de parcs, de ruisseaux, de bosquets et plantations qui permet à la flore de s’épanouir et à la faune de voyager, peinarde, à travers la ville. La faune, quelle faune ? Les oiseaux, bien sûr (on observe depuis quelque temps le retour des hirondelles et des chardonnerets), mais aussi les papillons, les écureuils, les hérissons.

Les cœurs de nature

Si on veut apprivoiser ces hôtes, il faut leur offrir une trame reliant « les cœurs de vie » chers à Alain Bucherie. Ces cœurs de nature que sont par exemple les bords de marais, à Tasdon, les berges du canal de Marans, les parcs Charruyer, Kennedy et Franck-Delmas, mais aussi les jardins privés, les arbres alignés dans les rues, les parterres, les bosquets et jusqu’à la moindre touffe d’herbe poussant entre deux pierres. Or, pour que la végétation s’épanouisse et que le chardonneret lance ses trilles, encore faut-il avoir la main légère sur les intrants et les pesticides. Pour que le hérisson se nourrisse, encore faut-il laisser croître l’herbe au bord des fossés. C’est là qu’entre en scène la gestion différenciée, qui vaut à La Rochelle d’être classée, depuis 2008, dans la catégorie trois fleurs par le jury des Villes et villages fleuris.

Quatre fleurs l’an prochain ?

Seule du département, avec Chatelaillon-Plage, à aligner les trois symboles, la Ville espère passer dans la catégorie supérieure (quatre étoiles) au printemps 2014.

« Les trois fleurs ont été confirmées en 2011, dit Alain Bucherie. Avant, le jury était sensible à la beauté, maintenant il regarde la gestion. Et la politique menée depuis plusieurs années, étendue à tous les quartiers, porte ses fruits. »

Une gestion raisonnée et durable, qui englobe l’économie de l’eau (en favorisant les espaces « secs » aux ronds-points par exemple, où l’usage des copeaux signifie moins de désherbage et moins d’arrosage) et qui distingue les espaces naturels (Chef-de-Baie, marais de Tasdon…) des zones horticoles.

Et qui distingue, d’ailleurs, les zones horticoles les unes des autres. On ne traite pas de la même façon les allées du Mail et les abords des immeubles collectifs. Et on ne se précipite pas sur le bidon d’engrais dès qu’un brin d’herbe paraît sur le trottoir.

« Il y a des zones où on laisse pousser, commente M. Bucherie, comme en ce moment au bord du canal où l’herbe est très haute. On tondra plus tard. Mais il a fallu expliquer ce qu’on faisait et pourquoi on le faisait. Aujourd’hui les Rochelais nous suivent et certaines espèces réapparaissent. La faune et la flore reconquièrent la ville. »

Géraniums et orchidées

Hier, alors que les vendeurs de muguet fleurissaient au coin des rues, la municipalité de Châtelaillon distribuait, elle, des barquettes de géraniums pour inciter les habitants à jardiner, fut-ce sur leur balcon, et à embellir leur ville. Olivier Denechaud, le directeur des espaces verts, était même planté devant la mairie pour prodiguer, en personne, des conseils aux débutants.

L’initiative châtelaillonaise pourrait être imitée par La Rochelle. Alain Bucherie l’envisage. On pourrait distribuer, non des géraniums mais des graines, aux candidats jardiniers.

En attendant, l’élu vert salue l’apparition spontanée d’orchidées dans le parc Charruyer et de roses trémières sur les trottoirs de la Genette.

Christiane Poulain (sud ouest)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article