Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
" Le Promeneur" ou balades du promeneur non solitaire, Blog d'Alain Bucherie

Ecureuilloduc entre les Parcs de La Rochelle ...

14 Mars 2012 Publié dans #jardins de la ville

L'écureuil n'a pas le vertige

La Ville de La Rochelle réalise un atlas de la biodiversité sur son territoire en ciblant quatre espèces.

« L'écureuilloduc », véritable tyrolienne entre les parcs Delmas et d'Orbigny.

« L'écureuilloduc », véritable tyrolienne entre les parcs Delmas et d'Orbigny. (photo xavier léoty)




 

Des traces de loutre ont été repérées dans le marais de Tasdon, les populations urbaines de pigeons ramiers, pinsons, verdiers semblent très bien se porter à La Rochelle. La nature est là, s'éveillant au printemps. Maxime Bono en a fait un de ses souhaits de premier magistrat : continuer à voir les saisons s'écouler en ville, ne pas se laisser dévorer par le béton.

Un pari qui implique une politique de l'urbanisation mais également une sensibilisation de la population. La réalisation d'un atlas de la biodiversité en fait partie. « Nous sommes la plus grande ville de Poitou-Charentes à participer à l'opération d'envergure nationale », explique Alain Bucherie, adjoint au maire chargé de l'environnement. Cela fait partie d'un plan de « renaturation » de la Ville souhaité par tous et dans lequel s'inscrit la cinquième semaine annuelle « pour les alternatives aux pesticides » (lire ci-dessous) et la reconquête de la qualité de l'eau au niveau des captages de Fraize, Varaize et Anais. Le lancement officiel de cette opération d'inventaire de la faune sauvage aura lieu vendredi 16 mars, à la salle Émile-Combes, avec une conférence publique sur la biodiversité d'Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux. LPO qui supervise, à La Rochelle, la réalisation de l'atlas.

Tyrolienne

« Cela fait déjà cinq ans que l'on compile nos connaissances sur la faune et la flore sauvage de La Rochelle. Nous devons identifier le degré de menaces sur les espèces afin de déterminer les enjeux de protection », commente Fabien Mercier, chargé de mission de la LPO 17. Afin d'impliquer la population rochelaise dans ce recensement, quatre espèces phares fragiles et faciles à identifier ont été ciblées cette année (lire ci-contre).

Et le service des espaces verts ira au-devant des habitants durant tout le printemps (1) dans les différents jardins et espaces publics de la ville pour les aider à mieux connaître et reconnaître ces espèces. L'une d'elles, l'écureuil roux, a même droit à un traitement de faveur : l'installation d'un « écureuilloduc », joli néologisme inspiré du crapauduc, loutroduc et autre gazoduc. Sauf qu'il ne s'agit pas d'un passage souterrain, mais bel et bien d'une tyrolienne installée à 8 mètres de hauteur entre le parc Franck-Delmas et le parc d'Orbigny. L'écureuil n'a pas le vertige. « La zone est accidentogène. Au moins cinq écureuils ont été tués ces derniers mois en tentant de traverser la route. Nous allons leur poser des noisettes d'appétence au départ du passage aérien pour leur montrer le chemin. Ils vont vite comprendre », poursuit Alain Bucherie.

 

Article de Thomas Brosset in Sud -Ouest du 14/ 03/12.


(1) atlas.biodiversite@ville-larochelle.fr, tél.            05 46 51 11 66      .

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article